Home Stratégie Nationale REDD+ Côte d'Ivoire La Stratégie Nationale REDD+, prête à être mise en œuvre pour atteindre 20% de couverture de forestière en Côte d’Ivoire d’ici 2030

La Stratégie Nationale REDD+, prête à être mise en œuvre pour atteindre 20% de couverture de forestière en Côte d’Ivoire d’ici 2030

0
0

La Stratégie Nationale REDD+, élaborée avec l’ensemble des parties prenantes locales, nationales et internationales, a été adoptée en Conseil des Ministres le  le 03 Novembre 2017. La Côte d’Ivoire qui a adhéré au mécanisme REDD+ en Juin 2011 , dispose désormais d’un cadre National pour mieux orienter et coordonner les interventions des parties prenantes en matière de Réduction des Emissions de gaz à effet de serre issues de la Déforestation et de la Dégradation des forêts (REDD+).

Le document de Stratégie Nationale vise à identifier les principaux facteurs directs et indirects de la déforestation et lever les barrières qui entravent la mise en œuvre efficace des politiques et stratégies forestières. Elle ambitionne de réduire la déforestation et la dégradation des forêts pour permettre à la Côte d’Ivoire de passer de 11% de couverture forestière du territoire en 2015 à 20% en 2030, tout en assurant les objectifs de réduction de la pauvreté, de développement humain et social des communautés locales dans un cadre d’équité sociale, culturelle et de genre.

Afin d’atteindre cet objectif,le pays propose 8 options stratégiques qui gravitent autour de « l’agriculture zéro déforestation en partenariat public-privé », compte tenu de la première place qu’occupe l’agriculture dans la déforestation.

Ce partenariat avec les agro-industriels des filières (cacao, hévéa, palmier à huile, etc.) leur permettra d’avoir un accès préférentiel aux débouchés commerciaux pour les produits « sans déforestation ».

 L’agriculture zéro déforestation passe par :

  • l’évaluation des risques et opportunités liés aux forêts dans les bassins d’approvisionnement ;
  • la connaissance de l’origine des produits et le suivi de la déforestation ;
  • le soutien aux petits producteurs pour l’amélioration de la productivité ;
  • le soutien à l’émergence de « territoires durables » réputés sans déforestation à travers un dispositif d’incitation de type Paiements pour Services Environnementaux (PSE) ;
  • la restauration des forêts classées dégradées ;
  • l’engagement du secteur privé dans les filières et le partenariat avec l’Etat ;
  • la sensibilisation, l’engagement, la communication et les accords commerciaux ;
  • la mise en place d’une plateforme nationale sur l’agriculture zéro déforestation.

Pour rappel, en 2014, au sommet des Nations Unies sur le climat, le Président de la République de Côte d’Ivoire SEM Alassane OUATTARA avait déclaré « la Côte d’Ivoire envisage de s’engager dans une transition vers une agriculture zéro déforestation». La stratégie Nationale REDD+ vient donc traduire en réalité,cet engagement fort du Gouvernement ivoirien.

A ce jour, la Côte d’Ivoire, en plus de la Stratégie Nationale REDD+, dispose de 3 autres instruments clés, indispensables à la mise en œuvre du mécanisme REDD+ et exigés par la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. Il s’agit de :

  • l’élaboration et de la soumission du niveau d’émissions pour les forêts, estimé à environ 41 millions de tonnes équivalent de CO2 (T Eq CO2), émises chaque année sur la période 2000 – 2015
  • la mise en place d’un système national de surveillance des forêts
  • l’opérationnalisation du système d’information sur les sauvegardes.

La mise en œuvre du Programme National ONU-REDD conclu en Décembre 2014, entre la Côte d’Ivoire et les Nations Unies avec un financement de 1 milliard 605 millions de Francs CFA a fortement contribué à l’obtention de ces instruments REDD+.

Le Programme de réduction des émissions de gaz à effet de serre de la Côte d’Ivoire sera soumis aux partenaires techniques et financiers avant d’être finalisé en Septembre 2018. 4 régions ont été identifiées pour la phase de démarrage du processus selon Colonel KOUAME AHOULOU Ernest. Il s’agit des régions du Guemon, du Cavally, de San-Pedro et de la Nawa.

Ainsi, le pays devrait pourvoir mobiliser plus de 200 millions de dollars soit près de de 112 milliards de F CFA.


 

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *