Home PSE LUTTE CONTRE LA DEFORESTATION DANS LES PLANTATIONS DE CACAO EN COTE D’IVOIRE : 200 producteurs du bassin d’approvisionnement du chocolatier Mondelez signent les premiers contrats nationaux de paiements pour services environnementaux (PSE).
LUTTE CONTRE LA DEFORESTATION DANS LES PLANTATIONS DE CACAO EN COTE D’IVOIRE : 200 producteurs du bassin d’approvisionnement du chocolatier Mondelez signent les premiers contrats nationaux de paiements pour services environnementaux (PSE).

LUTTE CONTRE LA DEFORESTATION DANS LES PLANTATIONS DE CACAO EN COTE D’IVOIRE : 200 producteurs du bassin d’approvisionnement du chocolatier Mondelez signent les premiers contrats nationaux de paiements pour services environnementaux (PSE).

0
0

Abidjan le 1er Octobre 2018-  L’ONG IMPACTUM a organisé une cérémonie de signature des premiers contrats de paiements pour services environnementaux (PSE) dans le cadre du projet pilote PSE, le Mercredi 26 septembre 2018 à Méagui. Cette cérémonie a été l’occasion de présenter les progrès réalisés à mi-parcours du projet. Il s’inscrit dans le cadre du programme COCOA LIFE du chocolatier international Mondelez, qui vise à améliorer simultanément la productivité agricole, la sécurité alimentaire et les conditions de vie des planteurs, tout en conservant les forêts résiduelles et préservant la biodiversité.

Dans le cadre du projet pilote PSE, Mondelez International entend ainsi accompagner les populations de son bassin d’approvisionnement dans leurs efforts d’adaptation aux changements climatiques et de restauration du couvert forestier. Pour ce faire, des activités de conservation des dernières forêts restantes, de reboisement et d’agroforesterie seront organisées et menées avec la population locale, sous la supervision d’IMPACTUM, dans un schéma d’aménagement durable de son bassin d’approvisionnement.

« Nous espérons que les résultats seront bons et que nous pourrons implémenter ce projet ailleurs avec succès » souhaite Catharina Isabella PIETERS, la Directrice globale du Programme COCOA LIFE.

Au nom du Ministre de l’environnement et du développement durable, le Directeur Régional de l’Environnement de la Région de la Nawa, M. KOUAME K. Jérôme a adressé les sincères remerciements du gouvernement ivoirien au chocolatier Mondelez pour son accompagnement à la Côte d’Ivoire dans la mise en œuvre du mécanisme REDD+ depuis 2017. « Les paiements pour services environnementaux constituent une forme d’incitation des petits producteurs et des communautés locales aux actions de reforestation et de conservation des forêts, telle qu’envisagée par la stratégie nationale REDD+, adoptée par le gouvernement ivoirien en Novembre 2017. » indique M. KOUAME K. Jérôme avant d’inviter les signataires des contrats PSE à respecter les clauses convenues.

Il a également exhorté les autres acteurs du secteur privé, les acteurs institutionnels notamment le corps préfectoral, les directions régionales des ministères techniques, la société civile et la chefferie traditionnelle, à accompagner cette dynamique en la répliquant dans toutes les zones de production du cacao.

« Ce projet est un axe important de la stratégie Nationale REDD+ et est en train d’être testé pour la première fois en Côte d’Ivoire voire en Afrique de l’Ouest » se félicite M. Jean Michel BROU, Coordonnateur du projet de paiements pour services environnementaux dans la région de la Nawa. Environ 200 bénéficiaires ont été sélectionnés dans la Sous-préfecture de Méagui sur un total de 600 candidats, les 400 autres devant signer leurs contrats au cours des prochaines étapes du processus, révèle le Coordonnateur du projet PSE au sein de l’ONG IMPACTUM.

« Le cacao ivoirien est menacé par le Swollen Shoot » s’inquiète pour sa part le Préfet du département de Méagui. M. ATTRI Kouakou K. Jacques appelle ainsi tous les intervenants clés du secteur du chocolat à venir au secours des pays gangrénés par la maladie au risque de voir la matière première disparaître d’ici 5 ans. Il encourage également tous les acteurs du monde rural à adopter les pratiques favorables à la préservation de l’environnement en s’inscrivant dans la même logique que les premiers signataires des contrats de paiement pour services environnementaux (PSE). Ces signataires pourront selon lui bénéficier de retombées économiques et sociales pouvant par exemple leur permettre de se prendre en charge et d’améliorer leur habitat.

SANGBE Amoin, l’une des signataires de ce contrat invite les femmes à suivre son exemple avec courage afin de pouvoir bénéficier des paiements pour services environnementaux. Dja Kouassi Anderson, autre signataire a quant à lui, associé à sa plantation de cacao, la culture des arbres forestiers fruitiers notamment l’Akpi et le Petit cola.

Les frais liés à la mise en place de l’agroforesterie et du reboisement sont entièrement pris en charge par le projet, en plus d’un bonus pour récompenser le respect des clauses du contrat. Pour bénéficier de ces contrats PSE il faut être producteur, affilié à une coopérative, avoir un minimum de 3 hectares et avoir reçu des formations en agroforesterie pour la modalité Agroforesterie. Concernant le reboisement, il faut avoir une superficie d’au moins 0,5 hectares, souligne le Coordonnateur de projet PSE dans la région de la Nawa. M. Jean Michel BROU d’annoncer que ce projet prévoit de récompenser à terme 3000 producteurs pour un coût global d’environ 450 millions de F CFA.

Le couvert forestier ivoirien est passé de 16 millions d’hectares en 1960 à 3,4 millions d’hectares en 2015 (BNETD, 2015), soit un rythme de déforestation d’environ 200 000 hectares par an. L’agriculture extensive avec la cacaoculture en tête, en est la principale cause. Dans un contexte de changement climatique, la disparition des derniers blocs forestiers, attendue au tournant de 2030-2035, risque de compromettre les objectifs de développement actuels principalement dans le secteur agricole, pilier important de l’économie ivoirienne. Pour faire face à cette situation, la Côte d’Ivoire s’est engagée dans le processus international REDD+ dont la stratégie nationale prévoit de réduire de 80% ses émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation et la dégradation des forêts et de restaurer le couvert forestier pour atteindre 20% du territoire.

Le chocolatier Mondelez International, qui s’est rapidement engagé dans cette voie au niveau international avec la signature de la Déclaration de New York sur les Forêts (2014), entend ouvrir la voie à l’émergence d’une filière cacao ivoirienne respectueuse de la forêt conformément à la volonté du Chef de l’Etat ivoirien, en prenant un engagement volontaire, transparent et ambitieux en la matière dans le cadre de son programme « COCOA LIFE ».

Afin de rendre opérationnel ces différents engagements pris au niveau national et international, Mondelez International a conclu avec le Ministère en charge de l’Environnement un accord cadre de Partenariat Public-Privé dans le cadre de son programme Cocoa Life. Ce partenariat, s’est traduit par l’initiation d’un projet pilote dénommé « Transforming cocoa supply chain in Côte d’Ivoire : Mondelez zero net deforestation approach » dans la région de la Nawa avec le Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+ (SEP-REDD+) appuyé par l’Institut Européen des Forêts (E.F.I).

 

CONTACTS : Marie EBROTTIE : 08 39 83 14 /65 32 77 86 – mebrottie@yahoo.fr          Malika Kamara : 09 01 33 45 – malika.kamara@reddplus.ci

 


 

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *